Le nom, le sens, la sortie de l'esclavage

August 27, 2016

 

 

 

 

“Je ne sais plus qui je suis”

 

En consultation, j’ai souvent ce type de constatation.

 

Qui suis-je ?

C’est la question profonde de l’identité, du nom.

Le nom, en kabbale, c’est SheM. Qui veut dire aussi un sens. D’ailleurs par l’art combinatoire des lettres, MoiSHe, Moïse, sera celui qui donnera une nouvelle direction au peuple d’Israël.

Mais en Kabbale, nous savons aussi que les Hébreux représentent aussi dans ce récit-là l’âme emprisonné dans la matière, l’âme en esclavage au pays de la Terre Noire, la terre de Kem, l’Egypte.

Et qui dit esclave dit perte de nom et d’identité.

Au-delà d’une recherche généalogique concernant des mémoires d’esclavage au sens large, la question de perte d’identité est à rapprocher de notre fameux puits, qui toujours en kabbale Mystique, parle d’une chute dans l’obscurité. Et dans ce noir, dans ce sombre, dans cette ombre, aller très profondément dans le puits pour réveiller cette shekinah, cette femme noire mais belle qui détient la clé de la vraie lumière.

Car derrière la question “qui suis-je?”, se cache l’attente à peine voilée d’une qualification lumineuse : “tu es une bonne personne, tu es lumineus(e),  tu es fort(e)……”

Ce matin, j’ai eu aussi : “je vois de plus en plus la fin du tunnel et j’aperçois la lumière”, avec surtout : “je sors du trou et je ne veux plus me retourner sur ce que je laisse dans ce trou. A savoir, mes trahisons, mes peurs, mes désespoirs…”

Très bien, mais comment voulez-vous dès lors savoir qui vous êtes?

Cette matière noire, dense que sont vos trahisons, vos colères, vos méfiances…. ont fait à un moment donné ce que vous êtes aujourd’hui. Ces moments ne peuvent plus être changés : on a tous été le pire cauchemar de quelqu’un. C’est moi aussi, ce charbon.

Le changement de paradigme, c’est d’arrêter de considérer votre séjour en terre noire, en perte d'identité et de sens, comme un problème à solutionner. Vous n’aimez pas cette période de votre vie, c’est votre droit le plus strict et c’est même tout-à-fait normal : cette période là, c’est vous et la bonne nouvelle, c’est que vous n’êtes pas obligé(e) d’aimer cette partie là de vous.

Mais pour la sortie d’Egypte, pour cette sortie d’esclavage, vous ne laisserez personne derrière vous. C’est seulement en vous ré-appropriant toutes vos facettes que vous pouvez être qui vous êtes. Et toucher le beau, le merveilleux en vous.

C’est un des sens des 50 portes de Binah en Kabbale, mais ça c’est une autre histoire....

 

 

 

Please reload

Derniers blogues

Pour l'Avent, un voyage dans les 9 mondes de l'Yggdrasil

November 28, 2018

1/10
Please reload

Blogues récents
Please reload

 Mots-clés
Suivez-nous
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

© 2015 by ib2ib.com created with WIX