Februa, symbolique du mois de février

January 27, 2016

 

 

Le nom février vient du latin "februarus mensis" qui signifie « mois des purifications », en l’honneur de « Februa », dieu de la mort et de la purification dans la mythologie étrusque. Ce dernier mois d’hiver était en effet consacré aux morts et aux rituels de purifications dans la Rome antique. Ce mois était consacré à Neptune en même temps qu’à Pluton, au dieu des émotions et à celui des Enfers. Tout un programme ! Mois des purifications, de remise à niveau, mois de transition entre l’hiver et le printemps, c’est aussi le mois de la fièvre et de la passion.

 

Les mois de janvier et de février furent ajoutés au VIIème siècle avant notre ère, à une année qui ne comportait auparavant que dix mois. Durant deux siècles, février précéda janvier, puis ces deux mois furent inversés en 450 av. J.-C. À l’époque de Jules César, c’était le dernier mois de l’année, celui qui portait la "remise à niveau" : une année sur quatre, il se voyait rajouter un jour pour correspondre au cycle de la Terre.

 

Avant de franchir la nouvelle année, qui débutait au mois de Mars, avec les travaux décrits dans le Mutus Liber, les Romains se débarrassaient des souillures des mois précédents par toute une série de rites expiatoires et de lustrations. A Éleusis, deux mille ans avant notre ère, il existait un rituel à la fin des fêtes de Déméter. C’était une fête vraiment joyeuse et pleine de vie où des initiés masqués interpellaient les hauts dignitaires comme les juges et les rois, et clamaient à la face du monde quelle était leur véritable nature sous l’image que ces derniers maîtrisaient. Ces initiés ne devaient pas se faire prendre, sinon ils étaient rossés. C’étaient quelques jours d’authenticité où tout le monde était mis à nu. Ce rituel est l’ancêtre du carnaval romain dédié à Carna, déesse de la chair, et à son époux, Janus aux deux visages.

 

Carnaval, littéralement « Carne Vale », la chair s’en va, nous fait immédiatement penser à l’arcane XIII du tarot. Abusivement assimilée à la mort, la XIII est l’arcane qui n’a pas de lettres. C’est une carte visionnaire car elle regarde vers le futur, ce futur qui s’ouvre à nous après cette purification. Elle nous demande de couper notre mental couronné, pour que, de l’œuvre au noir, jaillisse une nouvelle royauté en permettant à l’émotionnel purifié d’émerger. C’est une carte qui nous invite à nous défaire de nos vieilles manies (les mains), de nos vieilles pensées (les têtes) et de nos vieilles démarches (pieds). Le visage du personnage est complètement décharné : il ne porte plus aucun masque et accepte d’apparaître tel qu’il est. Il est prêt à être renommé. Ainsi, on comprend mieux pourquoi dans l’antiquité le mois de février était (ou est encore dans d’autres traditions) perçu comme le douzième mois, c’est-à-dire un mois de transition entre deux cycles….Deux cycles non pas seulement de douze mois, mais aussi de quatre saisons dont la première saison est le printemps, le Premier Temps.

 

Alors, pour février qui est le mois des purifications, il y a un travail à faire avant le premier mois de l'année, celui du dieu Mars, si malaimé dans la mythologie. Car lui qui symbolise ce feu primordial, cette force "animale", donnera la Vie au germe du renouveau mais ressuscitera aussi les vieilles blessures planquées dans nos "greniers encombrés". C'est bien là le sens de ces purifications, vider, trier ces fameux greniers, dans lesquels nous retrouverons sans doute des trésors oubliés mais aussi de vieux objets inutiles. Nous pourrons alors faire place nette pour permettre au renouveau de trouver son nid et de placer dans cet espace retrouvé ce que nous choisissons d'y placer. 
Pour nous aider dans cette purification, vous pouvez commander un tirage ici.

 

 

Please reload

Derniers blogues

Pour l'Avent, un voyage dans les 9 mondes de l'Yggdrasil

November 28, 2018

1/10
Please reload

Blogues récents
Please reload

 Mots-clés
Suivez-nous
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

© 2015 by ib2ib.com created with WIX