L'hirondelle et le Printemps

March 25, 2017

Honneur au printemps avec l’hirondelle, animal familier annonciateur du renouveau à nos portes.


Cet oiseau migrateur qui retourne toujours dans le même nid, est un symbole de fidélité conjugale. Dans l’Egypte ancienne, elle était associée aux rites funéraires comme promesse d’une vie plus riche dans l’au-delà. Ne touchant jamais terre, c’est le pur messager entre ciel et terre.
En hébreu ancien nous dit Georges Lahy, l’hirondelle était désignée par le même mot que le cheval, à savoir souss. Actuellement, elle s’appelle snounith, de la racine sanan (samekh, noun, noun) dont le sens est : filtrer, murmurer entre les dents, s’infiltrer.

Elle est associée à la couleur bleue en Kabbale, et à un feu qui notamment est le point de mutation de la matière en lumière et de la lumière en matière.
Selon Ovide dans ses métamorphoses, l’hirondelle est liée à l’histoire de Philomèle et Procné, deux sœurs séduites par le même homme. Térée, fils de Mars et roi de Thrace avait aidé le roi d’Athènes lors d’une bataille. La fille ainée du roi d’Athènes, Procnée, fut la récompense de l’aide apportée. Les augures sont mauvais à ce mariage : Héra, patronne des unions, ne s’y présente pas. Aucune Grâce n’est présente, seules les Erynies, déesses de la vengeance, sont présentes accompagnées d’un hibou sinistre. 
Pendant 5 ans, ce mariage semble bien se passer, un fils leur est né, Itys, mais Procnée se languit de sa sœur et son mari propose d’aller la chercher pour qu’elles puissent se retrouver. Dès qu’il arrive à Athènes, Térée tombe sous le charme de sa belle-sœur. Il en devient obsédé. Son beau-père le roi d’Athènes est réticent à laisser partir sa dernière fille. Là aussi, les augures ne sont pas bons mais même Philomèle intervient : elle désire tellement revoir sa sœur. Le père finalement y consent faisant jurer son beau-fils de prendre soin de sa cadette. Térée jure tout pourvu que Philomèle parte avec lui. Quand il se retrouve avec sa belle-sœur, Térée viole sa belle-sœur. Devant l’horreur de la situation, Philomèle veut en finir avec la vie, horrifiée d’être une rivale pour sa sœur dans une relation bigame. Elle menace auparavant de dénoncer son beau-frère. Térée, excédé, lui coupe la langue et l’enferme dans le quartier des esclaves. A son épouse, il dit que sa sœur est morte. Proctée prend le deuil. Mais Philomèle, mutilée, parvient par une tapisserie qu’une esclave lui fait parvenir, à lui raconter ce que Térée leur a fait. Proctée, ivre de colère, se venge en découpant son fils, Ictys, en morceaux et en le servant à son mari. Se réjouissant du repas, Térée demande à voir son fils. Proctée lui répond qu’il sera toujours avec lui et à ses mots, Philomèle apparaît, jetant la tête d’Ictys sur la table. Passé le moment de stupéfaction, Térée poursuit les deux sœurs de sa vindicte. Mais avec l’aide des dieux, Philomèle est transformée en hirondelle et Proctée, en rossignol.

Dans les Contes, il parle de Salomon et de son jugement. Parvenu à un haut degré de sagesse, Salomon fut chargé par Dieu de régner sur l'entièreté du monde animal. Salomon voulut mettre tout ce monde en accord. Pour cela, il donna la parole à la première espèce qui voudrait faire part à l'assemblée d'un dommage subi. L'homme prit la parole et accusa le serpent qui buvait son sang. Le serpent répondit qu'il se nourrissait du meilleur. Salomon lui demanda s'il ne pouvait pas prendre un autre sang aussi bon, mais le serpent lui répondit qu'à sa connaissance, aucun n'avait aussi bon goût. Salomon chargea le cousin, petit insecte, de gouter chaque sang animal et de lui revenir avec le nom du meilleur. Le cousin s'acquitta de sa tâche et parvint à la conclusion que le sang humain était vraiment le meilleur. Il allait rendre compte de sa mission au grand Roi quand il croisa l'hirondelle à qui il fit part du résultat de sa recherche. Celle-ci lui arracha la langue et l'accompagnant devant le Roi, alors que le cousin n'était compris par personne,  l'hirondelle dit à Salomon qu'avant ce récit inaudible

 

, le cousin avait eu le temps de lui dire que le meilleur des sangs était celui des grenouilles. Depuis, le serpent doit se contenter du sang des grenouilles.

 

Le message de l’hirondelle : renouveau, printemps, fidélité, retour du fils prodigue, filtres et infiltrations. Mais aussi, les mauvais signes, la rivalité entre 2 sœurs, je ne peux raconter mon histoire par la voix (la voie). Je me tais donc j’écris. Je suis sauvée en me volatilisant. Pour rester pure, je ne peux pas me fixer. En réparation d'une mutilation, j'estropie les mots. Et enfin, je veux raconter ce que je vis mais personne ne me comprend.

Please reload

Derniers blogues

Pour l'Avent, un voyage dans les 9 mondes de l'Yggdrasil

November 28, 2018

1/10
Please reload

Blogues récents
Please reload

 Mots-clés
Suivez-nous
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

© 2015 by ib2ib.com created with WIX