Soyez ambitieux : visez l'Equilibre

June 12, 2017

C'est tellement fatiguant de prétendre être quelqu'un d'autre, de tenter de briller dans des talents qui ne sont pas les nôtres.

Aujourd’hui, tout va vite. Très vite. Sur internet, nous sommes bombardés d’informations. On partage en un clic, on copie/colle des phrases qui nous plaisent en s’en arrogeant la paternité. Un jour, on vous adore, le lendemain, on vous bloque. Le tout sans explications, sans dialogue, dans une toute puissance, signe d’une dictature dans un royaume bien solitaire. Dans certains milieux, on est même bombardé d’injonctions à réussir votre connexion à la Lumière, en vous mettant en stress de trouver votre mission de « Travailleur de Lumière » dans une entreprise particulière où le « Patron » est lui un grand Intercesseur entre la Lumière et les Ténèbres.

Dans la Kabbale si chère à mon cœur, George Lahy nous parle des Qatrega, syndrome de « Je suis mieux que moi ». ( Voir son Epistole n°46) Avec la Qatrega, on s’identifie à sa personnalité qu’on habille de compétences qui ne sont pas les nôtres. Finalement, on se disperse, on dévie de nos objectifs, ce qui crée un vide de sacré, vide dans lequel s'engouffre la tristesse. On quitte dès lors la voie de l’Equilibre, celle du Juste qui répare le monde. Le Juste, le Tsaddicq, c’est celui qui est sorti vainqueur de l’ultime épreuve, celle, terrible, de la lumière de Nogah. 
En bonne vénusienne que je suis, Nogah m’a toujours fascinée. Car elle est reliée à Vénus. Vénus aux multiples visages… C’est une sphère de Lumière intense juste en-dessous de celle du Zohar et du Bahir, mais déjà dans son nom, on n’entend pas le Resh, la lettre porteuse de lumière. Cette lumière, elle l’a perdue, comme Lucifer avec son émeraude. 
Ce qui fait la dangerosité de Nogah c’est qu’elle brille comme de la vraie lumière. Mais c’est une illusion. C’est encore de la lumière polarisée : c’est de la lumière qui juge, compare, se détourne, condamne… En arrivant à Nogah, le cherchant croit avoir trouvé sa quête et pense être le prophète. Et même de bonne foi, il peut alors se retrouver coincé dans cette lumière en croyant être parvenu à l’illumination. Dès lors, il n’évoluera plus car il ne cherchera pas à se défaire des chaines de cette prison si chatoyante.
Le Juste est celui qui a dépassé cette illusion : il ne vise plus la lumière, il vise l’Equilibre.
Car le mal, le bien, les ténèbres, la lumière sont des concepts, des miroirs pour se connaitre, et même se reconnaitre. En Hébreu, RÂ (reish-ayin), c’est Mal mais RA (reish-aleph), c’est la Lumière. Une lettre change et nous retrouvons les 70 niveaux de lecture si chers aux kabbalistes. 
Dans l’arbre des sephiroth, Iessod est la sephira du Juste, du fondement. Son emplacement traditionnel la met dans l'axe central. C’est elle qui donne accès à Tipheret, la sephira du Beau. Car quand nous sommes en équilibre s’ouvre alors la beauté, le merveilleux. En hébreu le mot “impossible” n’existe pas : pour nommer quelque chose qui n’est pas possible, on dit “ce n’est pas merveilleux”.
Et le Merveilleux répare le monde, en ouvrant toutes les portes des possibles !

Entourez-vous de gens vrais qui peuvent vous dire quand vous êtes dans cette illusion : ils vous tendent la main pour vous en sortir et vous aident à retrouver votre Equilibre.

 

 

Please reload

Derniers blogues

Pour l'Avent, un voyage dans les 9 mondes de l'Yggdrasil

November 28, 2018

1/10
Please reload

Blogues récents
Please reload

 Mots-clés
Suivez-nous
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

© 2015 by ib2ib.com created with WIX