Il était une fois..... le Chaudron de la Banshee.

October 27, 2018

 

 

 

Récemment, l'une d'entre vous m'a fait cette réflexion : "J'adore ce que tu fais, mais je n'y comprends rien". 
"Moi non plus", fut ma réponse sous forme de boutade, pas tellement éloignée finalement de la réalité dans la mesure où je peux expliquer le cadre, mais ce qui se réalise à l'intérieur est quelque chose à vivre. Comme toutes nos grandes transformations finalement. Tout est toujours à vivre, dans un élan de Foi, de confiance absolue.
Mais rassurer notre mental perdu, j'aime aussi. Car c'est aussi l'amener dans la Grande Aventure, en ne laissant aucune facette de notre être derrière nous.

Alors, en cette période de Samaïn, nouvel an des Sorcières, où les Mondes se mélangent, un billet sur ma manière de travailler au Chaudron.
En ce qui concerne le cadre (qui est UNE manière de travailler au laboratoire, la mienne, je le précise pour tous les "puristes", vieux de la Vieille......), j'ai une manière très mercurielle, féminine, légère de travailler avec l'âme végétale. Certains ont une manière plus soufre d'aborder cette relation : capturer l'anima est leur premier objectif. D'autres ont une manière sel de voir les choses, et la lenteur, la fixité, les médusent pas à pas dans l'Oeuvre.

En bonne Banshee, je suis une passeuse de Grands Chemins. Et mon angle opératif, résolument mercuriel, est très rapide. Pour qui sait se caler sur cette fréquence, une myriade de choses s'y passent, même si de l'extérieur, comme dans la fable, la tortue peut avoir l'impression que le lièvre n'a jamais couru....

 
Je commence donc par un alcool très pur. Ce sera mon Prince Charmant qui réveillera ma Princesse endormie. Alors, s'il est vide d'informations contradictoires comme "le carreleur est en retard. Du coup, on ne va pas pas pouvoir installer la douche...., l'ardoisier est absent et ils annoncent la neige......(Oui, c'est du vécu)", je le trouve plus concentré sur l'objet de sa quête, à savoir, parvenir à se frayer un chemin à travers les ronces, trouver Aurore endormie et là, poussé par un sentiment plus grand que lui, la réveiller d'un langoureux baiser ! Soupirs.....

 

Si mon alcool est très pur, donc vide d'informations parasites, il devient super puissant pour aller capter au coeur de cette matière apparement morte, l'étincelle d'éternité. Et de la ramener chevauchant sur son fier destrier blanc toutes sortes de métamorphoses jusqu'à ce résultat d'une couleur Lumière. Chaque goutte de cette Teinture chatoyante chante alors cette mémoire enfin réveillée. 

Et ensuite, je suis la ménestrel de cette épopée. Ou la Dame Brune de Moustaki.  Bref, j'interprète ce Chant de l'Âme Végétale par des Parfums sacrés, des Peintures de Vision, des Elixirs.

 

La suite est très bien racontée par la vidéo de mon ami Pierre Kerroc'h : https://www.youtube.com/watch?v=HBpsw2u3B54

 

Alors, si vous avez envie de Vivre un atelier de ce type, j'en donne un, fin mars à Walhain, les 30 et 31 mars 2019. Et à deux voix, j'aurai le privilège et le grand bonheur de l'animer avec Georges Lahy, dans un 3ème Opera et Rotas chez Sylvie Régent, les 27, 28 et 29 septembre 2019.

 

Joyeuses Samaïn à Tou(te)s ! 

 

 

 

Please reload

Derniers blogues

Pour l'Avent, un voyage dans les 9 mondes de l'Yggdrasil

November 28, 2018

1/10
Please reload

Blogues récents
Please reload

 Mots-clés
Suivez-nous
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

© 2015 by ib2ib.com created with WIX